/ecrivain-biographe/auteurs-reseau-npi.php
L'autobiographie se lit comme un roman… mais c'est un témoignage.

Biographe depuis dix ans, j'ai déjà écrit vingt-six biographies publiées, et chaque jour je m'étonne des multiples bienfaits générés par cette activité : raconter sa vie à quelqu'un qui prend le temps de vous écouter, de vous questionner, c'est unique ; trouver les mots à poser sur ses souvenirs, c'est structurant ; voir son entourage accueillir avec enthousiasme le récit de son existence, c'est gratifiant ; enfin, transmettre cet écrit aux générations futures, c'est essentiel. Cerise sur le gâteau, nos rendez-vous sont des moments de plaisir partagé.

Comme depuis vingt-six ans je suis lectrice correctrice pour une grande maison d'édition, Flammarion, j'utilise mon expérience pour donner à votre livre un fini professionnel.

J'ai tenté de répondre sur mon site à toutes les questions que vous pourriez vous poser, n'hésitez pas à le consulter.

Des notes de musique et Beauséjour

Après avoir écrit trente biographies pour des inconnus (devenus presque des amis), il était temps que j'écoute un peu mon entourage. La grand-mère de mon fils a toute sa vie consigné ses souvenirs dans des cahiers successifs et elle avait égaré son cahier de jeunesse. Elle m'a donc raconté son enfance et sa vie de jeune fille, nous avons fait paraître un premier livre : Des notes de musique, et nous avons regroupé dans un second tome, Beauséjour, les dates marquantes des cahiers conservés en réalisant une chronologie familiale où chaque membre de la famille puisera pour retrouver des souvenirs lointains ou plus proches.
Editions Scripta.

Un récit africain...

"Je me sens africaine..."
Rien ne semblait prédestiner Colette Berger à ce destin de voyageuse. Mais à Saint-Etienne, où elle est née, il y avait l'Ecole des Mines. La rencontre avec Vincent, étudiant, en 1947, allait décider de son avenir. L'aventure pouvait commencer.
Récit recueilli et mis en forme par la NPI francilienne Isabelle Warolin.
 

Les maisons grandes

Les maisons grandes... des maisons ouvertes où chacun est accueilli, aidé, travaille et vit. Il y eut l'atelier du père de Françoise Thréard, rue d'Alger, au Mans, et tout à côté de la maison familiale, rue de Belfort, que fréquentent les cousins, les amis devenus parfois des voisins, des prêtres aussi... et puis l'entraide pendant la guerre.
Ce livre est une invitation à contempler le portrait d'une famille aussi large qu'il soit possible, où personne n'est oublié, dans une tradition de joie et de travail que Françoise Thréard se plait à perpétuer.
Récit recueilli par Isabelle Warolin.

Chapeau la vie !

Porter trois noms, raconter ses trois vies pour donner à ses enfants de quoi puiser dans l'histoire familiale énergie, force et désir de découvrir, c'est ce que Catherine Defert voulait faire.
Au fil de ces 200 pages et d'un beau travail de mémoire et d'écriture, une chose est sûre : son engagement est tenu.
Ouvrage écrit en collaboration avec Isabelle Warolin.

 

Beauséjour

​Après Des notes de musique, voici le tome 2, Beauséjour, paru en novembre 2016 aux éditions Scripta.
 

A l'angle des rues du courage et de la volonté

L’humilité, le sens du contact, la simplicité et la franchise sont autant de qualités qui se vérifient tout au long de la formation aux Arts et Métiers, et plus tard dans le monde professionnel des Gadzarts où l'entraide, la solidarité et la fraternité entre « gars des Arts » leur ont permis, depuis deux siècles, de contribuer aux grandes innovations technologiques et industrielles de la France. Jean Péronnin portait en lui ces valeurs humanistes. Dès sa sortie de l'école de Cluny, en 1942, il les a déployées dans sa vie professionnelle d'« industrieux de l'automobile », comme il aimait à le dire.
Ce livre, écrit par Isabelle Warolin et par lui au soir de sa vie, en est un beau témoignage. Il est publié de façon posthume par sa famille.
haut de page