/ecrivain-biographe/auteurs-reseau-npi.php

Audrey Brière

rés. Panoramique bât. A escalier 4 - 4 rue du Try 95160 Montmorency

06.87.39.99.42
Mon nom est Audrey Brière et j’ai la passion des histoires.

Je les ai écoutées comme bon nombre d’enfants qui grandissent à l’ombre des mots et aiguisent leur vision du monde dans les livres. Raconter des histoires à mon tour m’a toujours semblé la voie la plus naturelle, l’occasion immanquable de prolonger mon séjour au pays des merveilles. Je suis à la fois très sensible à la structure d’un texte et à son atmosphère. A l’instar d’un architecte, je planifie toujours à l’avance les grandes lignes et les grands ressorts de mes travaux. Néanmoins, en complément à la construction rigoureuse, l’atmosphère me porte ici et là, m’entraîne vers des situations imprévues, favorise l’audace et le hasard : écrire n’est jamais figé. Le métier de biographe est un clin d’œil indubitable à mon propre roman "La Noyade du Phénix", dont l’héroïne exerce cette profession.
 
Aujourd’hui, c’est votre histoire que je me propose de raconter.
 

La noyade du Phénix

Cet ouvrage est un thriller ghotique mené tambour battant.
1911. Une nuit de tempête, une contrée sauvage... Une jeune fille répondant au nom de Máiréad fuit une horde de villageois rendus fous par la superstition. Quand vient la fin de la nuit, Máiréad disparaît à jamais, emportant avec elle son lot de malheurs et d’infâmes secrets.
2012. Sacha Andrews, nègre littéraire, est en quête d’un roman à écrire qui la sortira enfin de l’anonymat. Aussi, quand son grand-père lui révèle avoir été adopté dans de troubles circonstances plus de cent ans auparavant, Sacha voit là une belle opportunité.

 

Le récit des fous

Notre monde à dormir debout donne de temps en temps un tel vertige pour qui veut bien le démêler que l'assistance d'une jeune et mûre écrivaine soulage. Audrey Brière nous implique dans la touffeur de l'Inde coloniale. nous immisce dans les confins glacés de l'URSS. nous malmène dans la poudrière anglo-irlandaise et nous élève au-dessus de Pearl Harbor. L'Histoire, vue par elle, a de la fièvre, une forte fièvre. Chaque nouvelle souffle un vent héroique au contact duquel d'intrépides jeunes femmes se mettent à créer leur sens de la vie. Il s'agit là de ne pas chavirer sous le vent et moins encore sous la pression de la folie ambiante.
haut de page